samedi, novembre 12, 2005

Watch out, the world's behind you

[-Are you having fun at the moment ?
-You kidding... no, I’m not having fun at all
-Where would you like to be right now ?
-Under the ground
-Are you serious ?
-Oh yeah ]


Hier, j'ai regardé le film le plus inconsistent et inutile qu'il m'ait été donné d'avoir entre les mains, Sleepover, un film certainement pas sorti en France tellement même les distributeurs les plus inconscients ont dû le trouver bouseux. Ca raconte l'histoire de Julie. L'année prochaine, Julie va rentrer au lycée, son amie Hannah déménage à Vancouvert, ça pue tout le monde est triste. Julie décide de faire une super soirée pyjama le soir de la sortie des cours, elle invite Staci, mais Staci ne vient pas, à la place elle invite la grosse Yanci ( au final un garçon tombe amoureux d'elle, les gros au pouvoir ! ). Staci de son côté se voit dans l'obilgation de fuir la voiture de son copain ( je connais pas son nom mais ça doit être Jason ou Ryan ) qui veut la hook up, Staci, en bonne méchante de service, se rend chez Julie à qui elle impose une pari 'Voilà une liste de choses totalement débiles à faire, si tu réussis, tu manges pas à la table des loosers l'année prochaine, mais n'oublie pas, ça va conditionner toute ta vie parce que si tu finis par manger à la table à côté des poubelles, tu mourras rongée par les vers, hihi !' .
Juie accepte, Julie fait des choses mal, son frère est un débile profond, sa mère est une bonne mère, la musique est sortie tout droit des derniers disques de Simple Plan et autres joyeuseries.
Eh bien ce film m'a fait le même effet que Requiem For A Dream.
A 22:48 précises, mon corps s'est mis à trembler. Vraiment. Plus moyen de tenir sur mes jambes, plus moyen de rester en place. Tu passes trop de temps devant cet ordinateur, j'ai toujours eu très peur de l'épilepsie, et ça m'a donné l'occasion de faire le point hebdomadaire sur ma vie. La plupart du temps, il en ressort que c'est de la merde.
Hier aussi, pas d'exception le 11 novembre comme dirait personne.
Et hier j'en ai aussi fait profiter quelqu'un d'autre.

Hé mais c'est peut-être ça le pire. Quand on est très triste, on a envie que quelqu'un soit là pour nous écouter et toutes ces conneries. Mais quand vient le moment tant attendu où il y a effectivement quelqu'un, on se met à enchaîner des lamentations qui ressemblent plus à du 'Je suis pitoyaaable, ma vie est un enfeeeer, je suis une malade mentaaaale, au secouuurs je suis pathétiiiique' qu'à un bilan clair et concis sur une vie relativement merdique. Il y a une très joli palette de l'auto dénigrement, pitoyable, pathétique, affligeant, misérable, lamentable, tous ces mots formidables donnent envie d'être malheureux plus souvent non ?

Raconter sa vie, par essence, c'est se croire assez intéressant pour que les gens soient concernés par ce qu'on leur raconte. Ecrire sa biographie, c'est juger sa vie assez fascinante pour en faire profiter tout le monde. Parfois j'ai des éclairs, comme ça, on vit tous par rapport aux autres. On écoute la musique d'autres personnes, on achète des choses à d'autres personnes, on se confie à d'autres personnes. Paradoxalement, tout ça est une histoire d'égoïsme, on se marie à quelqu'un parce qu'il nous aime, on se marie avec le miroir de notre autosatisfaction et au fond, je n'arrive pas à savoir si c'est terriblement triste ou si c'est juste comme ça.

Don. gros mer.i à toi, même si tu t'en fi..es, il y a que toi qui fait mine de s'y intéresser.

THE FILTH & THE FURY

Un jour, une fille très bien qui s'appelle Emilie s'est mis en tête d'injecter des mp3 par dizaines dans les profondeurs de ma boîte électronique. Peut-être l'idée la plus sensée de cette dernière décennie. Le tout premier fût un certain I Wanna Be Sedated bien sympathique, le second fût donc un certain God Save The Queen bien plus que sympathique. Ca continue depuis, mais celui là, ce deuxième mp3, il est resté rangé un petit moment dans un coin de ma réserve affective ( pour vous situer, ça se trouve dans l'hémisphère nord-est, coincé entre la Dance Hall des idoles et les conteneurs de larmes ). Entre temps, ma mère m'offrait la figurine de Sid Vicious, dans le cadre de mon inculture à cette époque, je me figurais que c'était un ennuyeux contemporain d'Elvis, je remerciai poliment ma mère et plaçai Sid à la droite d'Edward en me demandant la meilleure façon de le faire disparaître dans les plus brefs délais. Arriva l'été 2005 qui fut le plus fructueux jusqu'à maintenant, à l'aéroport d'Athènes, en voulant terriblement à ma mère de nous avoir fait partir à 1 heure du matin pour un avion qui décollait à 6 heures, je m'exilai au disquaire de l'aéroport où j'acquis un disque des Ramones dont je trouvai la jaquette tellement laide que je mis à l'aimer instantanément. Quelques mois plus tard, la fabuleuse Emilie m'offrit un livre sur les Sex Pistols, à partir de ce jour, et pendant les deux semaines qui devaient suivre, je me mis à écouter les quelques chansons éparpillées que j'avais pris soin d'emporter ( sans doute un sentiment prémonitoire ), à sonder les mystères des dents de Johnny Rotten, à élaborer des bande-dessinées sur Sid Vicious, été très plaisant pour mon père, donc, qui se persuadait un peu plus chaque jour que sa fille devenait punk, qu'elle avait échappé à Marylin Manson mais que ce n'était que partie remise, qu'elle finirait avec une épingle dans le nez et une seringue dans le bras.
Dernière étape de mon cheminement franchie il y a deux semaines avec l'achat de Nevermind The Bollocks.
He doesn’t create me ! I AM me, that’s a difference.
J'aime les Sex Pistols, j'aime la voix d'ado de Johnny Rotten ( j'aime ses dents, ses cheveux, la façon dont il dit You're funny aha ) j'aime le cadenas de Sid Vicious ( j'aime feu ses cheveux, feu ses avant bras, feu son accent, son air triste quand il dit la citation du début ) j'aime l'inutilité des trois autres ( j'aime leurs airs de beaufs, j'aime leurs noms insupportables, j'aime leurs habits de fillettes ).
J'aime Sub-mission, j'aime Liar, j'aime Lonely Boy, j'aime Pretty Vacant, j'aime Holiday In The Sun, j'aime les autres aussi.

3 Comments:

Anonymous Barth said...

Bibiche, tu fais des pavés immenses. Mais ils sont vraiment sympas à lire et donc on les lit (pas comme mes pavés que tu ne veux pas lire).
En passant, c'est très bien de se lever à 1h du matin, ça évite d'etre en retard (oh joli phrase de moi, je m'auto-félicite).
Bon voilou, je sais pas quoi dire. Jpeux ptet rajouter qu'il fait tres froid chez moi. Intéressant, ouaiS .

12 novembre, 2005 14:52  
Anonymous Daevodia said...

J'ai tout lu et je t'avoue que Sleepover m'interesse. Tu sais ou je pourrais le trouver?

12 novembre, 2005 18:43  
Anonymous Anonyme said...

jaime trop Sid vicious est une légende!!!moi j'aimerais tellement sa avoir sa figurine!!!ou nimportéquoi de lui!!!

13 juillet, 2006 18:54  

Enregistrer un commentaire

<< Home